Partagez | 
 

 Sounds like a melody (ft Mila)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
ALIAS : Petite Rose
ÂGE : 31 pétales.
OCCUPATION : Excellente Wedding Planner spécialisée dans le Vintage Bohème et le Shabby Chic.

AFFINITÉ : Air
POUVOIRS : _Télépathie (La perception extra-sensorielle)
Mila est une télépathe. Son don est, pour le moment, uniquement un outil de communication. Elle peut lire les pensées d’autrui (et les fouiller) à distance, sans grande difficulté et également leur transmettre les siennes grâce à l’œil de l’Esprit (souvent traduis par un regard plus appuyé).

_Choc mental
Il s’agit d’une douleur térébrante infligée par la télépathe directement à l’esprit de l’Autre(s). Cela peut se traduire par un simple étourdissement, d’une migraine insupportable ou finir en véritable torture, paralysant la personne qui, pliant sous le supplice, peut perdre connaissance si Mila ne lâche pas sa victime. Elle n’a pas besoin de contact physique pour soumettre le choc mental. En revanche, les effets pernicieux de l’utilisation de ce pouvoir restent conséquent car la télépathe peut se voir très affaiblie (saignement de nez, vertige) jusqu’à perdre connaissance en cas extrême.


THÈME : Paint It Black, Ciara.Familiar, Agnes Obel. Sweet Dreams, Emily Browning. Burning Heart, Svrcina. Innamoramento, MF. Dopamine, Comets We Fall.


COULEUR RP : Plum (Mila) #ffcc33 (Neva)
AVATAR : Nina Dobrev
CREDIT : Neige (avatar) Sian (Signature) Pinterest. Tumblr. Code fiche JOY. Never Utopia. Libella
MESSAGES : 327
POINTS : 585
DATE D'INSCRIPTION : 12/12/2016


MessageSujet: Re: Sounds like a melody (ft Mila)   22.04.17 21:17



Sounds like a melody

Abel & Mila



Des excuses.
Elle les entend. Les assimile. Et les refuse.
Pourquoi ne les accepte-elle pas ? Pourquoi reste-elle campée sur cette satanée frustration qui la possède ? Ce n’est pas de la colère. Ce n’est pas de l’agacement qui la force à tourner les talons en direction de la cuisine. Mais bien quelque chose de plus profond qu’elle n’arrive pas à accepter, en autre. Mila se voile la face sur tellement de chose qu’elle ne sait plus où elle en est. La wedding planer, organisée jusqu’au bout des ongles n’est pas foutue de mettre de l’ordre dans sa vie privé. Et on voit le résultat : une vraie catastrophe ! On ne compte plus les plans d’un soir qu’elle abandonne sans se retourner, parfois juste pour quelques heures, le temps de s’épuiser pour oublier. Des ébats récurrents pour combler ce putain de manque, colmater sa brèche qui ne cesse de s’approfondir. Sur le coup elle est bien… mais la réalité la rattrape bien trop vite une fois seule dans son appartement chic. Il suffit de regarder les bouteilles vides qui s’entassent sur son balcon. Boire encore et encore jusqu’à ne plus avoir de force pour stimuler deux neurones et flirter avec les limites… Combien de fois a-t-elle souhaité ne plus se réveiller ? Mais cette connasse de Faucheuse n’est toujours pas décidée à lui prendre ce qu’elle a de plus chère…

Alors elle recommence… Jusqu’à ce soir.

Il l’appelle. La brunette l’ignore. Ce n’est pas volontaire. Elle a juste la tête complètement à l’ouest. Ils vont manger ces fichues crêpes et rire en se remémorant des conneries. C’était le plan. C’était leur soirée bordel de merde ! Elle sent les larmes lui piquer les yeux, de quoi irriter un peu plus la fierté Kozlek. La bouteille dans la main, le goulot à sa bouche, Mila descend encore un peu de ce nectar sucré comme si elle buvait du petit lait. Elle ne vit pas Abel arriver, bien trop concentrée à dompter ces pensées qu’elle tente d’étouffer à coup de Monbazillac. Elle sursaute légèrement en écoutant sa voix si proche d’elle, éclatant sa bulle d’isolation. Son corps à côté du sien l’électrise. Sa main sur la bouteille Putain Abel... le contact de trop ? Elle relâcha un lourd soupir bien audible afin qu’il comprenne que lui prendre SON Saint Graal n’est pas une bonne idée… Mais elle n’a pas la force de lui crier dessus. Ce n’est pas ce qu’elle souhaite. Il s’agit d’Abel… Et cela rend les choses bien plus difficiles. Mila baisse le menton, lui offrant son profil délicat joliment habillé de quelques mèches récalcitrantes. Le musicien lui somme d’arrêter une seconde fois. Ses doigts se ferment en un poing qu’elle garde contre le comptoir. Sa bouche se pince. Aucun mot ne sort. La belle écoute. Sa mâchoire se contracte et sa voix confesse dans un murmure grognon. « …Je n’en veux pas. » de tes excuses. Elles la blessent plus qu’elles ne soulagent. Parce qu’il a raison. Ce n’est pas ce genre de mots qu’elle crève d’entendre. Il ne comprend pas. Je sais que tu ne comprends pas. Pourtant j’essaie… je t’assure que j’essaie. La sorcière roule un peu ces épaules en arrière, bascule légèrement le crâne. Il lui faut une gorgée de blanc… Juste pour la calmer… L’alcool est vicieux. Il apaise les maux en serpentant son poison dans les veines. Une douce addiction dont elle ne pourrait plus se passer… Elle ressert ces doigts contre le verre.

Mais il lâcha sa bombe.

Sa main se décrispe aussitôt de la bouteille dans son geste de recule. Son regard hésitant glisse dans sa direction et s’accroche au sien. Le fait de remettre le premier de l’an sur le tapis lui comprime la poitrine. Mila redoutait ce moment… Pour diverses raisons. Elle ne savait pas comment l’aborder, ni même le gommer de sa propre mémoire… Son oxygène accède difficilement à ses poumons sous son angoisse naissante. L’étau se resserre autour d’elle, lentement. Elle eut une réaction de recule dans un premier temps. Celui qui fronce les sourcils et détourne les yeux. Fuir le clair pour se perdre quelque part, là où la vérité ne se dévoile pas. Car Abel lit en elle comme dans un livre ouvert. Mila déglutit mais reste muette jusqu’au coup de grâce qui titille une fois de plus sa réserve de larmes bien coincée dans le fond de sa gorge. Elle soupire une seconde fois. Pas contre lui… mais bien contre elle et sa connerie. Il est là, juste à ces côtés à lui demander des réponses et elle n’a pas fichu de le regarder en face pour lui cracher les justes mots. Les émotions.

 « Tu n’as rien fait de mal. » Qu’elle murmure, la voix fébrile. Son corps se détourne doucement vers lui pour lui faire face. Elle ne cherche pas à retirer son poignet de ses doigts. Elle a besoin de ce contact pour lui donner la force de poursuivre. Ses iris brun se relèvent doucement sur Abel. Jusqu’à maintenant, elle était dans l’incapacité de le regarder. Ces pensées sorties de nulle part la percutent, de quoi lui faire hausser un sourcil. Ali… mais le tout est bien vite estompé volontairement par le sorcier. Une petite parenthèse qui lui laisse quelques secondes de répits. Se défiler ne fait pas parti de son vocabulaire…(Oui bon, selon les circonstances) Il se tient devant elle, attendant qu’elle éclaircisse ce fameux premier de l’an. Sa connerie. Son envie à la con de se ‘venger’ de ce baiser. Un pique de jalousie qu’elle n’assume pas. La honte commence à grimper les échelons. Ses doigts libres tripotent nerveusement le bord de son plan de travail (à défaut de pouvoir prendre la bouteille). « C’est moi. » qu’elle amorce à demi voix. Elle prend une longue et profonde inspiration avant de poursuivre. « Lors du premier de l’an… Tu n’as pas de souvenir parce que nous n’étions pas en état. » Elle a ce sourire adorable qui campe ces lèvres, lorsqu’elle fait une boulette. Mila roule des yeux un instant avant de les planter à nouveaux dans les clairs. Le sourire a disparu. Pas besoin de tourner autour du pot. Pas avec lui. « Tu m’as embrassé Ab. Tu. M’as. Embrassé. » Qu’elle décortique histoire que l’information pénètre bien sa petite tête. Mais la confession reste à venir… Elle est là, juste sur le bout de la langue. Ces pommettes rosir alors qu’elle haussa doucement ces frêles épaules.  « Ce n’était pas un petit baiser, tu vois. Mais du genre à te couper le souffle. Et j’ai aimé ça… J’ai même adoré car j’en voulais encore plus. » Elle se racla doucement la gorge alors que son regard fuit vers le plafond. Les joues écarlates.  « Alors lorsque je t’ai vu l’embrasser. Ce type qui… bref, je ne sais pas ce qu’il m’a pris d’en faire de même. » et j’ai détesté ça. « De la jalousie. Tout simplement. » Ces perles noisettes chutent de nouveau dans les siennes. Honteuse. Son cœur commence à battre un peu trop fort. Elle sourit doucement et impose une bulle de silence. Sa main se lève dans sa direction, jusqu’à perdre quelques doigts dans ces mèches bouclés au-dessus de son oreille. Elle les caresse. Tendre. Le regard débordant d’une affection particulière. « Ce que tu as fait chez Carmen… Je t’en veux. Oui, je t’en veux tellement… car je… j’en veux plus Abel. » Son geste s’arrête mais sa main ne s’enlève pas. Elle glisse même contre sa nuque dans un mouvement délicat. Mila se rapproche de lui jusqu’à effleurer son buste. Ces doigts se resserrent autours de quelques mèches de cheveux. Ses iris ne cillent pas. Son cou se tend vers lui, rapprochant son visage du sien. Ils peuvent sentir leur souffle se mélanger. Le sien reste parfumé au Monbazillac. Son regard descend vers sa bouche avant de remonter à nouveau. « Je crois que je… j’ai peur … » Cette limite qu’elle maintenait depuis tant d’année s’effrite peu à peu… Mila retient sa respiration. Hésitante. Le bout de sa langue passe sur la commissure de ces lèvres. Il est tellement proche. Son cœur au bord de l’implosion. Et sa bouche épouse doucement la sienne. Le regard mi-clos. Mila le goûte une fois. Timide. Une première pour la sorcière qui prit l’initiative de piétiner sa barrière qu’elle avait elle-même bâtie. Un sourire étira sa bouche. Vif. Sa poitrine s’écrase contre lui. Elle l'embrasse à nouveau langoureusement. Ses lèvres sont trop pressées de retrouver les siennes pour faire dans la dentelle, alors elle l'embrasse de manière féroce, comme pour se venger de toutes ces années gâchées, le forçant à reculer contre le comptoir de sa cuisine.

Juste derrière eux, assise sur la table de la salle à manger, Neva regarde sa sœur embrasser Abel. Les yeux ronds.  Les mains plaquées contre sa bouche. O.M.G. Elle a osé !



Code by Joy


La sérénité, je ne l'ai pas atteinte. J'ai encore trop de chaînons manquants et je crains que le doute soit mon éternel compagnon de route.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sounds like a melody (ft Mila)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» (F) MILA KUNIS ft. Kamilia M. McMillan • LIBRE
» Mila O'Nookey
» Mila Ireth [Gryffy]
» parution nationale de "Mila l'abeille et le Coquelicot"

UNLEASH THE DARKNESS :: Seattle :: West Seattle :: Habitations :: Mila Kozlek (Apt)+
Sauter vers: