Partagez | 
 

 .Café ou bien...? [FT Hunter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ALIAS : Son père l'appelait Charlie. Elle l'utilise à son boulot pour se couvrir. Pour les autres, c'est Nol.
ÂGE : 21 ans
OCCUPATION : Serveuse au Be-Bop's Diner

AFFINITÉ : Terre
POUVOIRS : Hémokinésie :
_Noyale peut faire bouillir le sang de quelqu’un (comme le sien) jusqu’à provoquer des liaisons internes plus ou moins importante selon la volonté et la capacité de la sorcière.
Dans le cas de blessure (même petite plaie) Noyale peut se servir du sang d’une personne, elle y comprise, et le matérialiser en diverses formes aussi solide et résistant qu’un os. Etant donné que son pouvoir est jeune, elle peut faire que de petites choses, comme ces bulles de sang aussi dangereuses qu’une balle de pistolet.
Une fois arrivé au bout de ces forces, ce sang transformé redevient liquide. Il ne réintègre pas le corps dont il est extrait.


THÈME : Desire, Meg Myers. Monster, Meg Myers. Body Party, Ciara. Lorde, Yellow Flicker Beat.
Flik Flak

COULEUR RP : #7A1B4C
AVATAR : Chloë Grace Moretz
CREDIT : Tumblr.Libella.Neige
MESSAGES : 109
POINTS : 0
DATE D'INSCRIPTION : 07/04/2017


MessageSujet: .Café ou bien...? [FT Hunter]   13.04.17 19:08


.Café ou bien...?.


Mercredi 12 avril, 23h34.
Le vent est frais. L'air humide. Le ciel dévoile ces nuées d'étoiles.
Le Be-Bop's Diner est ouvert jusqu'à tard dans la nuit.

Clinton s'affaire derrière ses fourneaux pour les dernières commandes. Il laisse son vieux poste diffuser des musique jazzy dans sa  minuscule cuisine, transpirant  sa friture. Il lui arrive de chantonner ses airs qu'il connaît par cœur tout en dandinant du postérieur. C'est un homme grassouillet d'une trentaine d'année. Difficile de  lui donner réellement un âge. Il a ce visage rougi par la chaleur qu'il supporte six jours sur sept. Noyale le soupçonne de picoler  à ces heures perdues mais le sujet n'a jamais été abordé. De toute manière, elle ne lui pose pas de question personnelle (et vise versa). Elle sait juste qu'il est marié à une dénommée Mireille et qu'ils ont un fils de quatre ans. Le reste ne la regarde pas. Il est gentil avec les filles et respecte Bobby. Quant à sa collègue, Rosie fait partie des murs depuis l'ouverture du Diner. Elle a confié récemment à Noyale qu'elle soufflerait bientôt ces quarante-quatrième bougies. Vraiment ? Même si elle tente de rester 'jeune', la petite sorcière a dû mal à la croire... (Surtout que son âge change tout le temps !) Mais elle l'apprécie beaucoup. Alors elle garde ces remarques derrière ses sourires complices.

Noyale aime son travaille. Ce n'est pas LE taff du siècle, mais ça lui permet de s'échapper de son quotidien et l'empêche de trop penser. Elle existe ici sous le nom de 'Charlie'. Surnom que son père lui donnait affectueusement. C'est également un bon moyen pour ne pas donner son vrai prénom aux clients trop... entreprenants. La plupart ne sont pas méchants. Principalement des habitués. Mais il y a toujours ces persistants qui pensent obtenir plus qu'un café de la jolie blonde. Peine perdue. Ne jamais mélanger sexe et travail. Cela n'attire que des problèmes. Il faut dire qu'il est difficile de ne pas être charmée. C'est une personne pétillante, espiègle qui accueille les nouvelles têtes avec énergie.  Un petit feu-follet. Malgré son uniforme (une chemise blanche, une jupe marron et un tablier blanc) elle reste foutrement magnétique. Bobby le sait. Il ne s'était pas trompé en acceptant de lui donner sa chance. Elle bosse au Be-Bop's depuis quatre ans et ne sait jamais plainte des horaires qu'elle essuyait. Enchaînant parfois le service de jour avec celui de nuit pour dépanner Rosie. Une façon de fuir son quotidien... Son passé.

Il est déjà tard pour le Be-Bop's. Il y a peu de client ce soir. Le milieu de semaine est généralement déserté, du moins à partir de vingt-trois heures. Noyale est seule derrière le comptoir, à passer un dernier coup sur le coin le plus crasseux. Les clients mangent comme des porcs. Rosie ne travaille pas. Elle était du service de jour. Il reste trois hommes, accoudés et attendant leurs plats. Principalement des Burgers made in Clinton. La sorcière dépose une autre bière pour Sam, un habitué (après avoir frotter le vieux bois) lorsqu'elle sent sa main masculine se refermer sur son fin poignet. Elle relève lentement son regard limpide sur lui et esquisse un sourire. « Tu peux me lâcher s'il te plaît. » Qu'elle souffle de sa petite voix mielleuse alors qu'elle se penche dans sa direction, inclinant sa bouille sur le côté. Il n'en fait rien. « Je pourrais te couvrir d'or Charlie. Tu le sais... » Il approche son visage de la bouille angélique, charmé. Elle se mord la lèvre en souriant, levant son regard clair vers le plafond... et se met à rire. Sam l'observe et mêle son rire au sien, sans chercher à comprendre plus loin. «  D'or hein ? Je ne vois que de la crasse Sam. » Piquante à souhait, comme les épines d'une jolie rose, Noyale lui fait un clin d’œil non sans sourire et pointa de son index valide cette main qui la tenait toujours. Les autres clients pouffèrent dans leur coin en retournant à leur discussion. Il n'était pas né celui qui chopperait Charlie. Sam le sait et se casse le nez toutes les semaines. Elle ne peut que saluer sa persévérance. Il la relâche doucement et lève les mains devant lui en guise de MEA CULPA. « Très bien. Je réessayerais plus tard. » Qu'il glisse en attrapant sa bière sans la quitter des yeux. « Tu as raison. L'espoir fait vivre. » « Charlie ! Les Burgers sont prêts ! » Grince Clinton en avançant les assiettes sur le monte-plat. « Et le service est terminé. Je rentre. » Qu'il conclut en se détournant, s'essuyant les mains sur le torchon plus graisseux que les frites elle-même. La petite sorcière recule sous les yeux d'un Samy conquis. Elle attrape les plats avec habilité, l'un sur le plat de son avant-bras, juste derrière l'assiette en équilibre contre sa paume. La dernière est agrippée de son autre main. La petite blonde se détourne vers les derniers clients à servir lorsque la sonnette retentit, annonçant un nouveau arrivant. Tous les yeux se détournent vers l'homme qui fait son apparition. Charlie dépose les assiettes sur le comptoir, concentrée pour ne pas faire de boulette dans les commandes. « Je préviens, la cuisine est fermée ! Stop les commandes !» Ronchonne Clinton dans l'arrière cuisine. Noyale soupire en roulant des yeux. Le message est passé. La belle s'arme de son sourire adorable pour accueillir le nouveau client. Il n'y a pas d'heure... « Bonsoir Bonsoir ! Installez-vous, je m'occupe de vous de suite ! » Claironne Noyale de sa voix voilée. Elle se déplace vers Clinton dont la silhouette vient de s'imposer à l'autre bout du comptoir, prêt à sortir. Il suit sa progression en posant ces poings généreux sur ces hanches. « J'peux te laisser ? Ça ira ? » Qu'il demande en baissant son regard sur la petite chose devant lui. Elle se met doucement à rire, accrochant son regard fatigué.  « Tout va bien. Bobby est à l'étage si jamais je dérape et botte quelques culs. » Qu'elle lui confie, le regard espiègle. Il fronce ses épais sourcils tout en jaugeant le microbe qui lui tient tête et se mit à rire. « Ouais bah fais attention à ta bouille... Et n'hésite pas à coller des baffes si Sam te fait chier. » « J'ai entendu ! » Noyale sourit de plus belle. « Bonne soirée Clinton. A demain. » « A demain Charlie. Messieurs. » Il cogne doucement le bord du comptoir et fila vers la porte principale.

Noyale regarde Clinton s'éloigner quelques secondes, le temps de s'assurer qu'il parte sans difficulté avant de tourner les talons. Ses billes transparentes s'accrochent au visage du nouveau venu. Elle ne l'a jamais vu ici. Un vacancier peut-être ? Ou un type perdu ? Le coin est réputé pour ce genre de chose. Elle ne serait pas étonnée de jouer à nouveau les guides touristiques. La petite sorcière ne lui proposa pas la carte puisque le cuistot venait de ranger le tablier. Elle se racle doucement le larynx et se plante face à lui, le visage incliné sur le côté. Un sourire adorable. « A nous deux ! Alors dites-moi ! Non non attendez... Laissez-moi deviner.... » Elle le jauge un instant en haussant ces sourcils, l'index collé à son nez. Pensive.  « Un café serré ? Sans sucre. » Qu'elle avança en ramenant son petits poing contre sa hanche. «Vous n'êtes pas obligé de me dire oui pour me faire plaisir, cela m'arrive de me planter. » Elle se mord la lèvre, attendant la réponse de son client mystère sous le regard en biais de Sam. Il n'aime pas les nouveaux...  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
 
.Café ou bien...? [FT Hunter]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin de café, noir, bien fort. Merci !
» Pause café avant une journée bien remplie. [ PV : Keira A. Stevens ]
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]

UNLEASH THE DARKNESS :: Seattle :: Abords de la ville :: Be-Bop's Diner+
Sauter vers: