Partagez | 
 

 Ça commence bien ! [PV Jedediah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ALIAS : Samantha Allen
ÂGE : 29 ans
OCCUPATION : Chercheuse au MCPD

AFFINITÉ : Air
POUVOIRS : Électrokinésie Ça fonctionne un peu comme une batterie. Au fil du temps, j'accumule l'électricité dans mon environnement sans pouvoir le contrôler. L'électricité statique présente dans l'air, l'alimentation des appareils que je touche... tout y passe. Autant dire que mon téléphone est presque toujours HS si je n'y prends pas garde.
Comme une batterie, je peux restituer l'énergie que j'ai accumulée. Soit sous forme d'éclairs que je peux générer au bout de mes doigts, soit en me déchargeant dans un objet que je touche. Dans ces cas là, mieux vaut ne pas se trouver dans ma ligne de mire, ça peut faire du dégât. Sauf si vous êtes mon téléphone, auquel cas, ça pourra vous redonner un peu d’énergie.

THÈME : The end of the world - Skeeter Davis
COULEUR RP : #757585
AVATAR : Tuppence Middleton
CREDIT : Sevy
MESSAGES : 39
POINTS : 644
DATE D'INSCRIPTION : 22/05/2017


MessageSujet: Ça commence bien ! [PV Jedediah]   24.05.17 15:21

Je traverse le hall d’un pas qui se veut assuré. C’est mon premier jour et je dois avouer que je suis un peu nerveuse à cette idée. C’est stupide, mon entretien avec celui qui sera mon supérieur la semaine dernière s’est très bien passé. Je ne vois pas pourquoi je devrais être nerveuse. Pourtant je le suis et j’ai horreur de ça. D’un geste machinal, je tripote la chaine en argent qui pend à mon cou. Mes doigts identifient chacune des breloques que j’y ai accrochées en guise de pendentifs. Trois bagues, une montre et un cadenas. Tout y est. Un rapide coup d’œil au cadran de la montre m’apprend qu’il est 8h30. J’ai mis moins de temps que ce que je pensais pour arriver jusqu’ici, il me reste une demi-heure devant moi.

Je ralentis le pas pour regarder un peu plus attentivement autour de moi. Mes yeux ne tardent pas à accrocher le panneau cafétéria. Pourquoi pas, en une demi-heure, j’ai bien le temps pour un café. Peut-être que ça me détendra. Je change donc de direction pour répondre à l’appel du liquide noir et corsé.

Je trouve mon chemin sans trop de difficulté. J’ai toujours eu un assez bon sens de l’orientation. Je débouche dans une pièce relativement spacieuse et plutôt lumineuse du fait des larges baies vitrées qui occupent tout le pan de mur extérieur. Divers distributeurs s’alignent le long d’un autre mur comme pour surveiller les quelques tables hautes éparpillées dans la salle. Quelques agents y sont accoudés, un gobelet en plastique à la main pour la plupart, sans doute pour commencer sur une note agréable avant de démarrer leur journée de travail.

Sans vraiment prêter attention aux personnes présentes, je me dirige vers le distributeur de boissons le plus proche. Je fouille dans le sac que je porte en bandoulière à la recherche de mon porte-monnaie et en tire quelques pièces que j’introduis dans la machine. Je ne mets pas longtemps à faire mon choix et d’un geste franc, je presse le bouton censé me donner un café noir, sans sucre. La machine ne tarde pas à me répondre par le son caractéristique du liquide convoité s’écoulant dans le gobelet prêt à le recevoir… à ceci près qu’il n’y a pas de gobelet !

Je laisse échapper un soupir mi agacé mi dépité et me décale d’un pas sur le côté pour me présenter face à la machine voisine. Je n’en avais pas spécialement envie en pénétrant dans le bâtiment, mais à présent que je l’ai anticipé, je le veux vraiment ce café. Pour la seconde fois donc, j’extraie quelques pièces de mon porte-monnaie pour les glisser dans la machine, je fais mon choix et… rien. Pas le moindre murmure mécanique. Cette fois, l’agacement prime et je n’hésite pas à gratifier la machine de quelques coups bien sentis du plat de la main. Il semble que la menace soit efficace puisque je ne tarde pas à voir tomber un gobelet qui se remplit alors consciencieusement de la boisson tant désirée.

Ce n’était pas si compliqué finalement. L’agacement s’envole pour laisser place à une forme de satisfaction tandis que je récupère mon gobelet dans la machine. Je me retourne, prête à me diriger vers une table libre. C’est sans compter sur mon manque d’attention qui m’empêche de remarquer à temps la personne qui s’approche des machines en même temps que je m’en éloigne, provoquant ainsi une malheureuse collision. Le si précieux café en profite pour s’évader de mon gobelet pour nous éclabousser tous les deux tandis que je laisse échapper une exclamation de surprise avant de me confondre en excuses.

- Oh mon dieu ! Je suis vraiment désolée !

De ma main libre, je fouille précipitamment dans mon sac pour en sortir un paquet de mouchoirs en papier afin d’essayer de réparer partiellement les dégâts que je viens de causer.


Dernière édition par Melody Anderson le 30.06.17 2:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ALIAS : Une seule personne m'appelle Jedediah, c'est ma mère. Pour le reste du monde c'est Coleman, ou alors Jed. Monseigneur pour les intimes.
ÂGE : Je te regarde du haut de mes 32 ans et j'ai mal au dos.
OCCUPATION : Agent du MCPD, parce que j'aime tellement me faire traiter de traître une fois de temps en temps.

AFFINITÉ : Je suis un enfant de l'ombre et je porte mes lunettes de soleil avec classe. Qu'est-ce que tu dis de ça!
POUVOIRS : Manipulation météorologie Je suis capable de commander aux éléments, d'invoquer les vents, la pluie ou le brouillard. Entre autres choses. J'évite de générer de trop grosses perturbations car je risquerais d'y rester... et aussi et surtout parce que j'ai tendance à perdre le contrôle quand ça arrive. Je prend mon pied, alors j'essaye de rester sage.

THÈME : Firewall - Les Frictions


COULEUR RP : #BD4848
AVATAR : Jake Gyllenhaal
CREDIT : Ectra
MESSAGES : 481
POINTS : 1637
DATE D'INSCRIPTION : 19/10/2016


MessageSujet: Re: Ça commence bien ! [PV Jedediah]   26.05.17 18:24

Ça commence bien!
Ft. Melody Anderson


Le crayon qui gratte sur le papier à grain, le résidu grisonnant marquant chaque fibre. J'étais enfoncé dans mon fauteuil, les cheveux tenant seuls, sales et maladroitement repoussés en arrière maintes et maintes fois. J'avais passé la journée à courir après un trafiquant de produits toxiques, ou pour le dire plus précisément, d'huiles essentielles magiques à effet secondaire nécrosant. Vous êtes déjà allé vous faire masser chez un professionnel? Je pari que vous n'êtes jamais ressorti de là avec une nécrose avancée du dos. Et bien les victimes que j'avais rencontré si. Le masseur lui-même n'était même pas en cause, c'était son fournisseur le problème. Un sorcier s'étant procuré des produits moins cher en import et qui n'avaient pas vérifier ce qu'il vendait. Ça arrive tout le temps, pour tout un tas de chose, mais la magie est aussi extraordinaire que dangereuse et cette fois, les choses s'étaient mal passées. Trois femmes, un homme, tous ayant subi des heures de souffrances et de dégradations des tissus avant que l'affaire ne remonte à nos oreilles. Avant que l'une des femmes ne décède. Le gros de l'enquête avait été de traquer le fournisseur et surtout de contacter les transporteurs pour bloquer les arrivées dans le pays.

Cette dernière journée avait été le clou du spectacle avec l'arrestation du sorcier responsable. On avait vite compris que tout ça n'avait rien à voir avec une erreur, tout avait été planifié dans l'objectif de nuire au masseur pour une histoire d'adultère bien malheureuse. Après une course poursuite usante dans un entrepôt poussiéreux et l'oubli volontaire du rapport dont j'allais devoir m'occuper, je m'étais retrouvé là, enfoncé dans mon fauteuil à peine mes chaussures jetées dans un coin, un verre de whisky sur la table basse et mon bloc de dessin à la main. Cette affaire n'avait pas été plus éprouvante qu'une autre, psychologiquement parlant, mais j'en avais ressenti le besoin. Et j'avais satisfais ce besoin. Longuement. Lorsque j'avais levé les yeux de ma feuille noircie lorsque la sonnerie stridente du réveil dans ma chambre c'était mis à hurler, constatant en une sueur froide ridicule à quel point il était incroyablement tôt... ou tard. Mon soupir avait été sans fin avant de poser le bloc sur la table et de lever mon cul du fauteuil sacré pour aller me passer un coup d'eau.

Une nuit blanche à dessiner, c'était une chose qui n'était pas arrivé depuis longtemps et cette douche me faisait du bien même si elle attisait ma fatigue en un sommeil agressif. Je tenais bon pourtant et me traînais un peu pour me réveiller, manger quelque chose d'autre que le fond de whisky qui jonchais le fond de mon estomac. Je trouvais un reste de pizza que j'avalais avant de partir, abandonnant mon oeuvre incomplète sur la table basse avec le verre vide et le crayon usé. Le trajet jusqu'au MCPD était flottant, ni éveillé ni endormis, jusqu'à garer la voiture et manquer de monter sur le trottoir. J'avais jeté sur mon bureau quelques papiers que j'avais oublié dans la voiture la veille et m'étais dirigé vers la salle de repos pour me dégoter mon sauveur: un café. J'ignorais les autres personnes présentes, de toute façon trop perché pour ne serait-ce qu'y penser et me dirigeais vers l'un des distributeurs. L'exclamation de surprise et de douleur me surprenais moi-même lorsque je sentais le café brûlant traverser ma chemise et marquer ma peau. - « Oh mon dieu ! Je suis vraiment désolée ! » - Journée de merde. Elle approchait déjà un mouchoir mais je la repoussais sans douceur en lui prenant le mouchoir de la main. - Ça va! - J'avais pas pour habitude d'être très affable, encore moins au matin, encore moins couvert de café. Je tirais sur le tissus pour séparer la chemise humide et chaude de ma peau douloureuse et soupirais. - Bien joué, c'est vrai qu'on m'avait pas encore pourris ma journée.

Je reculais pour poser ma monnaie sur une table et mieux contrôler le tissus imbibé, déboutonnant le haut pour essuyer ce qui avait traversé. - Heureusement que j'ai de quoi me changer ici..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ALIAS : Samantha Allen
ÂGE : 29 ans
OCCUPATION : Chercheuse au MCPD

AFFINITÉ : Air
POUVOIRS : Électrokinésie Ça fonctionne un peu comme une batterie. Au fil du temps, j'accumule l'électricité dans mon environnement sans pouvoir le contrôler. L'électricité statique présente dans l'air, l'alimentation des appareils que je touche... tout y passe. Autant dire que mon téléphone est presque toujours HS si je n'y prends pas garde.
Comme une batterie, je peux restituer l'énergie que j'ai accumulée. Soit sous forme d'éclairs que je peux générer au bout de mes doigts, soit en me déchargeant dans un objet que je touche. Dans ces cas là, mieux vaut ne pas se trouver dans ma ligne de mire, ça peut faire du dégât. Sauf si vous êtes mon téléphone, auquel cas, ça pourra vous redonner un peu d’énergie.

THÈME : The end of the world - Skeeter Davis
COULEUR RP : #757585
AVATAR : Tuppence Middleton
CREDIT : Sevy
MESSAGES : 39
POINTS : 644
DATE D'INSCRIPTION : 22/05/2017


MessageSujet: Re: Ça commence bien ! [PV Jedediah]   26.05.17 19:37

Le premier instant de surprise passé, c’est l’embarras qui m’envahit et je me sens rougir malgré moi, gênée. Je déteste ce sentiment. Je ne suis pas du genre timide ou réservée, mais dans ces cas-là, j’aimerais pouvoir disparaître. Tiens, ça, ça aurait été un don utile. Enfin le mieux encore serait pas de don du tout, mais j’ai autre chose à penser pour le moment.

La quasi-totalité de mon gobelet de café s’est déversé sur la chemise du malheureux qui s’est trouvé là, ma main et la manche de ma veste. La sensation de brûlure sur ma main est vive et je ne peux qu’imaginer ce qu’il en est pour lui. Sans me laisser démonter par les remarques acerbes de l’homme victime de ma maladresse, je sors du paquet que j’ai en main un second mouchoir et l’approche de sa chemise.

- Je suis désolée, je ne vous ai pas vu arriver… Laissez-moi vous aider.

Je lève les yeux un instant, juste à temps pour le voir me lancer un regard noir. Un de ces regards furieux qui ferait battre en retraite les moins endurcis. Dont je ne fais pas partie. Quand on a grandi où j’ai grandi, il en faut davantage pour se laisser intimider. À une époque, je lui aurais probablement sauté à la gorge pour m’avoir jeté ce regard là, mais comme je l’ai dit, j’ai grandi. Je ravale donc ma colère pour modérer ma réaction.

Je soutiens son regard assassin et le mien se durcit. Je ressens un picotement caractéristique sur ma nuque. C’est imperceptible pour les autres, mais j’entends l’air crépiter autour de moi. Je hais cette sensation. Je ne sais que trop bien ce qu’elle signifie. Je m’efforce tant bien que mal de me calmer et surtout de rien montrer de mon trouble.

Je finis par baisser les yeux vers mon sac et fouille à nouveau à l’intérieur pour en sortir ma carte de visite – enfin celle de Samantha Allen – et je la colle sans ménagement sur sa chemise humide. D’un ton bien moins aimable que celui que j’avais un instant plus tôt, je lance :

- Puisqu’apparemment, accepter mes excuses vous arracherait la gueule, vous n’aurez cas m’envoyer la facture du nettoyage.

Sans lui laisser le temps de répliquer, je m’empare de mon gobelet de café, prête à tourner les talons avant de me raviser. Je lui reprends des mains le premier mouchoir que j’avais sorti et ajoute :

- Désolée, je crois que c’est à moi. Bonne journée !

Cette fois je m’éloigne pour de bon, pressée de m’éloigner des regards qui se sont inévitablement tournés vers nous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ça commence bien ! [PV Jedediah]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ça commence bien ! [PV Jedediah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» [Réservé]Du mal pour faire du bien [Rang D]

UNLEASH THE DARKNESS :: Seattle :: South End :: Le MCPD+
Sauter vers: